Infraction et assurance habitation : que faire ?

Infraction et assurance habitation : que faire ?

Vous faites le désagréable constat que votre logement a été visité par des cambrioleurs. Quelles sont les démarches à faire immédiatement et quelles sont les formalités à effectuer auprès de votre assureur ? On vous dit tout !

Ce que couvre votre assurance « vole et cambriolage »

Sachez avant tout que la garantie « vol et cambriolage » ne fait pas partie des garanties de base car elle n’est pas obligatoire. Cependant, elle peut être incluse dans votre assurance « multirisques habitation » (à vérifier dans votre contrat). Si elle n’est pas incluse, veillez à souscrire une extension de garantie. Si elle est incluse, renseignez-vous sur la nature exacte de ce qu’elle recouvre.

En règle générale, la couverture de votre contrat d’assurance « vol et cambriolage » fonctionne en cas de vols commis :

  • par effraction du logement ou par escalade des bâtiments ;
  • avec des menaces ou des violences sur la personne ;
  • suite à une introduction clandestine (exemple : cambriolage quand l’habitant est présent) ;
  • via l’utilisation de fausses clés (clé volée, crochetage, etc.) ;
  • par des personnes extérieures travaillant pour le compte de l’habitant (femme de ménage, baby-sitter, etc.) moyennant le dépôt d’une plainte à son endroit.

Les actes de vandalisme sont également couverts si les malfrats s’introduisent dans le logement par le biais d’une des circonstances précisées précédemment dans le cas d’un vol.

Attention, certaines situations ne sont pas couvertes par l’assurance :

  • vol perpétré directement ou par complicité d’un membre de la famille ;
  • vol d’objets dans une dépendance non mitoyenne du logement (cave, garage) ;
  • vol d’objets dans des espaces extérieurs (cour, jardin) ou dans les parties communes d’un immeuble.

Les biens couverts dans un cambriolage sont le mobilier courant (linge, meubles, appareils électroménagers…), les objets de valeur (bijoux, tapisseries, tableaux…) et les objets sensibles (informatique, hi-fi, télévision…).

La déclaration à la police et à l’assurance

Vous devez faire une déclaration à la police ou à la gendarmerie de la commune où le vol a été commis. Après le dépôt de la plainte, vous disposez de deux jours ouvrés pour faire parvenir à votre assureur une lettre recommandée avec accusé de réception indiquant la déclaration du vol. Le récépissé du dépôt de plainte doit être ajouté au courrier.

Le courrier doit mentionner vos coordonnées, votre numéro de contrat d’assurance, ainsi qu’une description du sinistre à savoir la date, l’heure et la nature du vol. Outre la copie de la déclaration de vol, vous devez également rédiger un état estimatif des meubles et objets dérobés, abîmés ou détruits, une description des dommages matériels ou corporels subis, les dégâts causés à des tiers (voisinage par exemple) et les coordonnées des victimes éventuelles.

Bon à savoir : le détail des objets volés peut être effectué après la déclaration.

Evidemment, vous devrez être en mesure de justifier vos propos. Pensez à réunir les factures, photographies et autres bons de garantie. En cas de portes ou de fenêtres fracturées ou de traces d’escalade, faite appel à un expert pour constater ces détériorations qui serviront de preuves auprès de votre compagnie d’assurance.

Enfin, un expert vérifie les circonstances du vol et fait une évaluation des dommages. Faites attention à ne pas débuter les travaux de remise en état avant l’accord officiel de votre assureur.

Pour en savoir plus

Articles en relation